Ce temps de l’année où la vie m’apparait injuste…

Immanquablement, quand nous avons de la visite, on placote. Comme c’est de la visite qu’on ne connaît pas, on fait le tour de notre histoire…  Je venais de parler de nos amis artisans Nicaraguayens lorsque les amis cueilleurs de café sont venus passer un peu de temps chez Josée.

Et là, je me surprends à « classer »  la pauvreté…  Nous avons des amis Costaricains qui ne sont pas riches, mais tous ont un toit et la plupart vivent bien, simplement, mais ne manquent de rien.  Puis, il y a Reyna et Ervin, au Nicaragua.  Ils vivent au jour le jour: Ervin va vendre ses poteries lorsqu’ils n’ont plus d’argent… Ils peuvent vivent avec 20$US par semaine à 4! Puis, il y a l’autre Reyna (je dis « Reyna à Josée »), la mère d’Antony, qui eux vivent de la cueillette du café…  Puis, il y a cette petite Nica que j’ai vu hier, pas de souliers, sale, les cheveux mêlés….  Ces rencontres me virent toujours à l’envers…

Tout cela pour vous dire que Reyna à Josée est venue passer un court moment. Elle est venue avec Antony (16 ans), Marializ (9 ans) et Marisol (5 ans).  Nous les avons rencontré la première fois il y a de cela 3 ans; une rencontre touchante pour nous que vous pouvez relire ici.

Reyna, comme à chaque année, est ici pour cueillir le café avec toute sa famille. Sauf que cette année ne semble pas facile… Son mari est fâché, sa fille Luz est partie en lui laissant sa petite fille Marisol, ses deux garçons les plus vieux ont l’air de découvrir la fête et l’alcool…  Et Reyna est là, toute petite, a porter tout cela sur ses épaules sans jamais se plaindre…

Bien sûr, on voudrait tout lui donner, mais … c’est impossible.  Je lui avais gardé le linge des enfants tout au long de l’année. Elle est repartie avec un gros sac, mais cela me semblait si peu…  Puis, lundi matin, nous sommes repartis ensemble avec le bus de 6h00 du matin: elle retournait avec sa petite gang pour cueillir du café encore et encore alors que moi, j’étais bien occupée;  j’allais magasiner pour l’anniversaire de Billy…

La vie me semble parfois injuste.

Cela me saute aux yeux à chaque fois: la seule différence entre Reyna et moi est l’endroit où nous sommes nées. Alors je profite de cette fin d’année pour remercier la vie de la chance que j’ai et j’espère vraiment arriver, de plus en plus à chaque jour, à partager cette chance avec le plus grand nombre.

 

**Photos: Cela devient une tradition: quand les petites viennent, je leur fait une séance de vernis à ongles avec petits dessins! Elles adorent ça! À chaque fois, elles peinturent et dessinent et cette année nous avons aussi fait des petits gâteaux! Ça passe vite une journée*!!! On essaie de la rendre mémorable!

*Reyna et les petites sont arrivées samedi soir et sont reparties lundi matin à la première heure. Les ramasseurs de café travaillent à tous les jours de 6h à 15h; le samedi ils terminent à midi et ont congé le dimanche.

Cliquez ici pour revoir leur visite de l’an dernier; certains se souviendront que j’étais vraiment fâchée car quelqu’un avait vendu une imitation de IPhone à Luz qui était dont contente de son téléphone!!!