Non mais, ça ce peux-tu? C’est rare, mais là… je suis pompée!

Vous vous souvenez de nos amis Nicaraguayens qui viennent à chaque année ramasser du café au Costa Rica? C’est la famille de Anthony, Anthony qui a passé un an chez Josée et Eric pour se remettre à l’école.  Vous pouvez revivre notre première rencontre avec cette famille  aux grands sourires en retournant en décembre 2012, alors que nous étions allés les visiter pendant la cueillette, une rencontre marquante et touchante pour nous – Une journée sans prix!

Lors du dernier passage de mon oncle Crobert, nous sommes allés retrouver Reyna et sa famille pendant une journée de cueillette. Encore une fois, nous avons été accueillis chaleureusement. C’est toujours tellement frappant de constater que malgré la misère et la dureté de leur vie, ils nous accueillent toujours avec le sourire et avec beaucoup d’amour.

Bref, tout cela pour vous remettre dans le bain un peu; le bain d’une famille qui trime dur pour gagner sa croûte! La famille, c’est Reyna (maman), Basilio (papa), Lionel (19 ans), Joni (17 ans), Anthony (15 ans), Maria-Liz (7 ans). À cela s’ajoute l’aînée, Luz (22 ans) et sa fille Marisol (4 ans). Ils viennent tous pour la récolte, Reyna en était à sa 18è année.  Ensemble, ils gagneront environ 1000$ et cela leur suffira pour toute l’année à venir! On parle de vrai pauvreté, ils vivent sans eau et sans électricité ( grâce à l’aide de Josée et Eric, ils ont depuis peu des panneaux solaires qui leur donnent une certaine autonomie électrique). De bonnes personnes, allumées et intelligentes, mais qui ne l’ont pas facile.

Cette année, la récolte de café s’est terminé un peu plus tôt alors Luz a décidé de rester un peu chez Josée avec son chum et sa petite.  Josée connaît Luz depuis qu’elle est bébé alors c’est un peu comme de la famille!

Luz est arrivée avec un nouveau téléphone Galaxy 4 machin truc (je ne connais rien là dedans!). Vous dire comme elle en est fière. Elle l’a acheté usagé, pour elle une chance unique.  35 000 colons soit environ 70$ pour un super téléphone dernier cri qui apparemment vaut au minimum 400$.

Vous me direz :  » Franchement, elle n’a pas d’argent et le peu qu’elle a elle le prend pour s’acheter ce téléphone??!! ».  Je sais, c’est une réflexion de « riches » que j’ai eu moi-même.  C’est vrai quoi; ici, on peut trouver un téléphone de base neuf pour 20$ … Je dis qu’il s’agit là d’une réflexion de « riches », mais je ne parle pas ici d’argent, je parle de possibilités.  La richesse d’avoir la possibilité de choisir.

Je veux dire qu’il est plus facile de faire le choix d’un téléphone à 20$ (ce que nous avons fait) quand il s’agit justement d’un choix: t’acheter un téléphone à 20$ parce que tu trouves ça inutile de payer plus est bien différent que de t’acheter un téléphone à 20$ parce que tu ne peux pas t’en offrir un plus cher.  Alors, quand toute ta vie tu as cru que jamais tu ne pourrais t’offrir un téléphone comme ceux que tu vois dans les mains des jeunes dans l’autobus ou au parc et qu’apparaît un gars qui a un super « deal » pour toi: un Galaxy 4 à seulement 35 000 colons… tu crois rêver! Tu viens de terminer la récolte du café, tu as plus de sous que tu n’en auras jamais pour tout le reste de l’année… Alors, oui, ton rêve peut se réaliser.  Tu peux enfin être comme tout le monde, être comme les riches, c’est à ton tour d’avoir une chance!

Et bien hier, Josée et moi sommes allés vérifier pourquoi le Wifi du super téléphone ne fonctionnait pas.  Réponse rapide: c’est parce que c’est une copie, une copie qui vaut environ 20 000 – 25 000 colons (entre 40$ et 50$).  Vous dire la rage qui m’a envahie…

Ça veut dire qu’il y a un « zinzin » qui a eu l’idée d’aller vendre des copies de téléphones, plus chères qu’elles ne valent, directement dans le cafétal, justement à la fin de la saison, à de pauvres travailleurs qui font un travail dont personne ne veut pour un salaire que personne ne veut non plus….

Je suis tellement fâchée… je n’arrive pas à croire que quelqu’un puisse faire cela… Les mots me manquent; je suis trop fâchée…