Nos premières vraies fouilles archéologiques

Hier, nous avons eu la chance de faire nos premières vraies fouilles archéologiques sur le site du Centre d’interprétation du site archéologique Droulers/Tsiionhiakwatha à St-Anicet

Nous avions déjà visité le site en juin.  C’est un site incroyable, dirigé par une équipe passionnée qui nous permet de découvrir comment vivaient les Iroquoiens au 15e siècle! Découvrir leur mode de vie et leurs traditions à l’intérieur d’un village reconstitué est simplement captivant!

C’est donc avec enthousiaste que nous y sommes retournés, cette fois pour exécuter des fouilles.  C’est une réelle chance puisque le site offre seulement quatre jours de fouilles publiques pendant l’été, avec un maximum de quatre personnes qui fouillent à la fois.

Et bien, aussi incroyable que cela puisse paraître, voici tout ce que nous avons trouvé:  plusieurs os de poisson, quelques morceaux de poterie, un morceau de maïs calciné et le clou: un morceau de pipe et une graine de fraise ou framboise que notre guide archéologue, Maude, était vraiment contente de trouver!!!

À noter que plusieurs de ces découvertes nous auraient échappé sans l’oeil aguerri de Maude.  Je donne une mention spéciale à Lilie qui a vraiment fait plusieurs découvertes pas évidentes.

Stellie fouille son carré.

Charly a trouvé un écaille de poisson!

Vertèbres de poisson.

Lilie a trouvé un beau morceau de poterie.

On passe la terre au tamis pour être certains de ne pas perdre de précieux artéfacts.

 

OMG! Lilie a déterré un morceau de pipe!

Elle doit prendre les mesures pour noter les coordonnées où a été trouvé l’objet.

Voici le bout de pipe de plus près. Dire que cette pipe a appartenue à un Iroquien il y a de cela environ 600 ans…

Billy a découvert un grain de maïs calciné.

Billy a aussi trouvé un rayon dorsale de poisson, soit l’os qui se trouve dans la nageoire dorsale.

Encore Lilie! Elle a trouvé une graine de fraise ou de framboise non carbonisée, ce qui signifie …que cette graine a été digérée…!

Nous avons appris qu’un pin blanc trônait dans chaque village Iroquoien: ses épines sont regroupées en groupe de 5, représentant les 5 familles de ce peuple.

Dans la maison longue, les courges, le maïs et la nourriture séchait au 2è étage.

Notre super guide, Sonia, nous montre comment se faisait la chasse à l’ours. C’est très facile: tu réveilles l’ours qui hiberne, il n’est pas trop content et a soudain faim, tu t’accroupis en petit bonhomme au bas de ta lance, l’ours se rue vers toi… et voilà!  Facile non? 😉