« Madame, avez-vous vos billets de retour? »

Avant de commencer, j’aimerais remercier tous ceux qui m’ont écrit suite à l’article d’hier : ça fait tellement plaisir!!! Merci, Merci, Merci!!!! Cela me donne le goût de continuer l’aventure du blog!!!

Bon, revenons au moment de notre départ du Québec…

Lundi soir, 18 novembre, nous arrivons à l’aéroport de Plattsburgh avec mes parents, il est 10h30. Le guichet n’est pas ouvert, on se met dans la file et on fait nos aurevoir.  Notre envolée est prévu pour 1h45.

On attend, on attend, on attend…  Il doit être 11h30 à l’ouverture du comptoir.  C’est le bordel,  Spirit airlines ont changé les règles : nous devons nous enregistrer à la machine sinon c’est 10$ de frais par personne…  Ok, Eric court nous enregistrer.  Normalement, nous nous enregistrons au comptoir parce que souvent pour 6 passagers à la petite  machine, c’est long et difficile de s’assurer être assis ensemble.  Cette fois, cela fonctionne, nous pouvons passer au comptoir enregistrer nos bagages.

Tous le monde dépasse la limite de 40 livres, mais pas nous!!! Nous sommes à 40,6 livres et 38,4 livres; de vrais champions!!! Tout est pacté au max. Nous essayons une nouvelle stratégie; comme chacun a droit à un bagage à mains gratuit, chaque enfant a sa propre valise bien remplie, de même qu’Eric et moi.  Nous avons droit à un sac de bouffe, j’y cache ma caméra tout à coup… Merdouille… il reste ma sacoche et celle de Lilie…. on enfonce et fermons de justesse.   Tout est beau nos valises (2) et nos bagages sont tiguidou.  La dame me remet nos papiers et me pose la question : » Do you have your return ticket or a proof that you will not be more than 90 days in Costa Rica?”.  “WHAT?”

Parenthèse:  Nous connaissons cette règle: le Costa Rica exige une preuve, le plus souvent votre billet de retour ou un billet d’autobus, qui prouve que vous ne serez pas plus de 90 jours au pays. Normalement, on vous pose la question lorsque vous ENTREZ au Costa Rica pas avant l’embarquement! Comme nous ne savons jamais vraiment quand nous reviendrons, nous avons pris l’habitude d’avoir avec nous un faux billet de retour que mon champion de mari nous prépare à chaque fois et cela a toujours fonctionné. 

J’ai presque répondu que j’avais ma « preuve », mais… je n’allais tout de même pas montrer mon faux billet de Spirit à l’agente de Spirit???  Comme si nous n’avions pas assez de stress comme ça avec les enfants et les bagages… Je lui réponds que nous n’avons pas cette preuve, mais que si elle regarde bien nos passeports, elle verra que nous sommes toujours en règle et que nous respectons notre « 90 jours » depuis près de 3 ans.  Nous comptons aller au Nicaragua, mais ne pouvons pas acheter les billets en ligne… « Maam, I can not let you in without this proof. »  Dans ma tête «  $%?&%$E# de #%?&*?”.  Elle nous dit que nous pouvons acheter un billet retour et nous le faire rembourser dans les 24 heures.  Bon, mosus de niaisage.

Exigeante, mais gentille, elle nous trouve des billets à 39$ par personne, San José – Fort Lauderdale. Pas pire, allons-y avec ça puisque le temps avance et qu’il est hors de question que nous manquions cet avion.  Je sors ma carte de guichet. «  Maam, we just accept Visa and Master Card. »  … «  $%?&%$E# de #%?&*?»  Nous avons une Visa prépayée sur laquelle nous gardons environ 100$ « au cas ou » et nous la « remplissons » au besoin. De cette façon, on ne gaspille pas plus que ce que nous avons et pas de risque de se faire voler.

Moi : « Can I pay cash? » .

Elle: « Yes, but it won’t be refundable ».

Moi:  «  $%?&%$E# de #%?&*?»

Moi: “ Can I call my Dad and use his card?”.

Elle: “ No. I need to see the card.”

Moi: «  $%?&%$E# de #%?&*?»

Moi: “ Do you have internet so I can transfer the money?”

Elle: “ Yes, we have the wi-fi …”

OK, alors branle-bas de combat, on sort l’ordi et le IPAD et on essai de se connecter…   $%?&%$E# de #%?&*?, on arrive pas à se connecter…. Les enfants s’amusent pendant qu’Eric et moi courons partout à la recherche de signal.  Tic-tac, tic-tac,…   Je vous jure que notre hamster pédale…  J’ai aussi en mains le numéro de carte VISA de mon oncle qui est présentement en Indonésie… Impossible, de le joindre, mais je prends la chance de voir si je peux acheter par téléphone… C’est compliqué et cela ne marche pas…

Eric me lâche un cri du fond de l’aéroport : il est branché. Vite, il transfert l’argent.  Je me garoche au comptoir avec le téléphone dans une main, ma carte VISA, mes billets, mes passeports, le IPAD…  Chick-chick; ça marche! Yessss! Il est 1h du matin.

Et nous qui pensions relaxer en attendant l’avion…

Tout le reste c’est bien déroulé. Évidement, la douanière costaricaine ne m’a pas demandé notre preuve de retour…

Vous aurez compris que nous sommes de retour au Costa Rica.  Plus précisément , nous sommes, à Llano-Brenes, village de montagnes où habitent nos amis Costarico-Québécois (!)  Ali, Josée et Éric.  Josée nous a trouvé une jolie maison au village; c’est super! Nous avons une superbe vue et sommes bien équipés; j’ai même une laveuse!!!

C’est la vie qui a voulu que nous passions par ici : comme nous allions acheter nos billets pour le Nicaragua, pouf! Le prix des billets a monté (pour nous une hausse de 100$\billet signifie 600$… ça va vite!).   Pas de problème, changement de plan, destination Costa Rica! Pour notre plus grand bonheur, nous fêterons Noël ici avec les amis et notre cher vino Clos!!!;)  Serait-ce le début d’une tradition???

 

Nous voici à l’aéroport une fois la sécurité passée!!! Youpi! Les Bizoulis seront du voyage!!! 

DSCF0658

 

Vous avez tous déjà entendu l’histoire du gars qui a manqué son avion ou la fille qui a laissé sa place à un autre … pour qu’ensuite  l’avion ai un accident??!!! Une fois tout ce branle-bas terminé, l’adrénaline retombée, j’ai regardé Eric et lui ai dit: « Et s’il ne fallait pas qu’on prenne cet avion? »  Et mon sage de mari de répondre:  » Nous n’aurions jamais réussi à acheter ces billets si tel était le cas. »   Le feeling était bon!

 

Notre nouvelle vue; le centre du village avec l’église qui domine!

DSCF0697

 

 

De l’autre côté, les montagnes et la mer au loin! 

 

DSCF0694