Qui a dit que ce serait facile?

Pour être franche, la solution facile aurait été de rester au Costa Rica : les enfants y sont heureux, ça coûte moins cher, tout est moins compliqué, il fait beau à l’année, les fruits sont toujours frais et délicieux, le pays est sécuritaire… Mais alors, je n’écouterais pas mon désir de me rapprocher de la famille et j’oublierais l’idée de départ…

L’idée de départ était de vivre une expérience en famille, découvrir une culture différente, apprendre l’espagnol,…  C’est fait! Nous voulions voyager plus, mais nous avons commencé avec le plus beau pays alors…;) Je trouve que ça été parfait, ils ont eu une enfance extraordinaire à jouer dehors sur la plage ou dans la montagne, avec des coquillages ou des lézards!

Je sais aujourd’hui que partir est ce que nous devons faire, MAIS … ce n’est jamais facile de partir… Encore plus maintenant que les enfants ont grandis… J’en ai 2/4 qui sont partant…. J’ai beau avoir lu une multitude d’ouvrages sur les enfants, le rôle de mère, et tout … Je réfléchie, analyse et tente de faire pour le mieux, mais … ce n’est pas si simple de gérer, vivre, comprendre et prévoir les émotions de chacun.

 

À ce jour, je crois que je ne recevrais pas de médaille pour la gestion de mon déménagement…. Il me semble qu’il me manque de temps pour penser à tout.  Déjà, entrer 6 ans de vie dans 5 valises est un défi en soi… Plongez dans du connu qu’on ne connait plus en est un autre.  Offrir le meilleur de moi-même à chacun des cocos qui vivent ça à leur façon en est un autre.  Je me trouve confrontée… J’imagine comme l’a été ma mère avant moi et ma grand-mère … et comme le seront un jour mes deux cocottes.

Comment leur dire : « Fait confiance à ta mère, là elle est un peu fatiguée, elle pogne les nerfs plus souvent, elle n’a pas beaucoup de temps pour vous, mais elle fait tout ça pour vous, parce qu’elle croit que ce sera mieux, que cela vous amènera plus loin, parce qu’elle vous aime et qu’elle veut que vous ayez la chance de connaitre vos familles car c’est ce que nous avons de plus précieux et vos racines pour que vous connaissiez la chance que vous avez d’être Québécois. »  Tout cet impalpable ne compte pas…. Je sais qu’en bout de ligne ils seront heureux et contents, mais en attendant… nous devons vivre cette grande étape de la meilleure façon qui soit. D’une façon qui sera assurément imparfaite, mais qui sera la nôtre…

De plus, je comprends tellement ce qu’ils vivent. Ma famille est déménagée de Gaspé à Québec alors que j’avais 14 ans… Qu’est-ce que j’ai pleuré, j’en voulais à mes parents…. Puis, tout a été correct et aujourd’hui je revois ce passage comme un moment important de notre vie, rien de catastrophique! Mes souvenirs sont peut-être flous, mais pour moi, mes parents ont été parfaits… et le sont toujours!

*******

À tous ceux qui me disent que ce ne sera pas facile….

Je le sais!

Plus de la moitié des gens nous offrent presque leurs sympathies comme si nous nous dirigions tout droit vers une zone de guerre.  C’est bon, je sais que ce ne sera pas facile, qu’il y a bien des affaires plates comme la paperasse, les règlements et la course folle, mais c’est chez-nous!!!! On devrait s’en sortir non? Il doit bien rester quelques Québécois qui s’amusent?

Même La Presse a fait un spécial pour nous! 😉  » Le choc du retour« .  😉

J’ai  la chance d’avoir un oncle qui m’a parlé de mon retour avant même que nous soyons partis! C’est plate un peu de penser au retour avant même d’être partis, mais c’est vrai que peu de gens y pensent et c’est bon d’y réfléchir un peu…  Que tu le veulent ou non, tu reviens personnellement plus changé que le monde que tu retrouves ou en tous cas, d’une manière différente.  Notre choc, je crois que nous l’avons eu lors de notre passage en 2013… on verra bien, c’est à suivre!

*******

Comme toujours, ma bonne étoile est  là, j’ai reçu tellement d’offres généreuses d’hébergement et la voiture est déjà trouvé (♥ ).  Je reçois tellement de beaux messages d’amis et d’inconnus… je suis tellement chanceuse!

Autre exemple: quand je magasinais les billets d’avion, comme je pars avec 4 cocos et notre maison en valise, j’ai d’abord cherché un vol direct… sans succès! Je me suis résignée à un vol avec une escale…, mais au moment de l’achat en ligne, le système a  rouspété et j’ai dû téléphoner. Il n’était pas question que je perdre mon deal pour une question d’informatique.  Je suis tombée sur la plus gentille des commis au téléphone (Merci Liza de Air Canada!).  En voulant régler mon problème… (pour faire une histoire courte, les prix avaient changés pendant que j’achetais mon billet…bizarre), elle a vu qu’il y avait un vol direct le lendemain de la date prévue et ce… pour moins cher!!! J’étais tellement contente! Cela peut sembler ridicule, mais juste ça, c’est comme si cela m’a donné confiance, comme si la vie me disait:  » Ne t’en fais pas, tout va bien aller! »

Qu’est-ce qui m’occupe? Je vide la maison… encore une fois. Comme je l’ai fait quand je suis partie de Montréal, puis lorsque je suis partie de la plage après 2 ans au Costa, puis lorsque je suis partie du Nicaragua…  Je ne compte plus les fois où  j’ai donné tous nos biens…  En bout de ligne, il restera un peu de nous dans presque toutes les familles des villages que nous avons habités…

Bon, il me semble que mon billet est un peu tout croche…. il doit être à mon image! 😉 Ne vous inquiétez pas; on se redresse tout le temps!

Je dois vous laisser, j’ai une tournée de  » Dernières fois » à entamer… ♥