Vacances et consommation!

Les gens nous disent souvent: « Wow! Vous êtes complètement sortis du monde de consommation. »  Je constate que c’est plutôt vrai… Cela ne c’est pas fait en cliquant des doigts du jour au lendemain, mais plutôt petit à petit en faisant des choix.  Je dois avouer que mon chum de mari est encore plus « sorti » que moi…. Voici notre dernière « discussion » à l’approche des vacances*:

Moi: «Chéri, ce serait super d’amener les enfants aux glissades d’eau pendant les vacances, il me semble qu’ils aimeraient beaucoup. »

L’énergumène:   » il me semble que ce n’est pas nécessaire, c’est la grosse surconsommation, des faux besoins, ils auront tout autant de plaisir ou plus encore en faisant des trucs avec nous. »

Moi: « … » (yeux en l’air… ça recommence…).

Moi: « Tu sais on a pas beaucoup bougé depuis qu’on attends notre foutue réponse de résidence…  Cela ne me tente pas d’aller encore à la plage (ça ce peut-ti dire des affaires de même…).

L’énergumène: « Combien ça coûte? »

Moi:« hum, hum… c’est une journée à près de 200$, mais tu sais on est 6. »

L’énergumène: « 200$!!! Je te gage que tu ne peux pas amener de lunch et que tu dois manger de la crap  à gros prix? »

Moi: … ça ressemble à ça….

L’énergumène: « Voyons Ju, cela n’a pas de bon sens…    Si tu veux vraiment y aller, on va y aller. »

Moi: (dans ma tête) «C’est sur que cela me tente maintenant….

Silence.

Moi: « J’ai aussi prévu organiser une journée de filles et une journée de gars avec les amis. »

L’énergumène: « Ça c’est une bonne idée; ils vont vraiment s’amuser. »

Fin

Et là, je suis partie reconduire les enfants à l’école. J’ai marché avec la maman de Aracely sur le chemin du retour. Vous vous souvenez Aracely? Une compagne nicaraguayenne de Stellie dont la famille est très pauvre. Parle, parle, jase, jase.  Elle m’explique que la vie n’est pas facile … Que cela lui fait plaisir de garder Alexi,  le fils de son frère (sa mère l’a abandonné et son père ne s’en occupe pas), mais qu’elle aimerait qu’il contribue.  Tout en douceur et plein de bon sens, elle m’explique sa réalité.  Comme elle est est illégale, elle n’a pas droit aux bourses d’études auxquelles ont droit la plupart des familles du village: environ 20 000 colons (environ 40$) par mois par enfants. Elle n’a pas non plus droit aux soins de santé.  C’est donc la nina Francis (une professeure) qui a payé pour les soins de dentiste pour Alexi: 10 000 colons (20$). Et là, elle aurait besoin d’y aller pour sa fille qui a de la douleur à une dent, mais … elle n’a pas d’argent.

Alors, je lui demande de combien elle aurait besoin par mois pour arriver. Elle aurait besoin d’environ 40$.

Pensez-vous que je vais aller aux glissades d’eau à 200$???

********

Voyager et vivre en Amérique latine te confronte continuellement et c’est cela qui t’amène à changer, à réfléchir et à faire des choix différents.  Je sais que c’est le temps des vacances pour la plupart des lecteurs et vous serez aussi confronter à ces choix, mais de façon vraiment plus subtiles puisque dans nos sociétés occidentales les standards ne sont pas les mêmes.  Je pense qu’il est bon de se rappeler que ce que les enfants aiment par dessus tout c’est de passer du temps avec leur parents (mosus… j’avais justement un bon article sur le sujet, mais je ne le retrouve plus!).  La vrai richesse, c’est d’avoir le temps, de prendre le temps.

Bonnes vacances!

*Les enfants tombent en vacances pour deux semaines ce vendredi; c’est l’équivalent des vacances de Noël au Canada.